Vos témoignages du HF4

Préservons ensemble la mémoire du HF4

Partagez votre meilleur souvenir ou anecdote du HF4 et envoyez nous vos documents d’archives en laissant un commentaire ci dessous

4 réponses sur “Vos témoignages du HF4”

  1. Bonjour
    Belle initiative.
    J’ai travaillé sur ce site de fin 72 à 88, c’est là que j’ai appris le métier de mécanicien d’entretien.
    Pendant 8 ans je faisais l’entretien de tous les engins de levage (ponts roulant, ascenseurs, treuil, skip……), ce qui nous obligeait à travailler partout dans l’usine.
    J’en garde de bon et moins bon souvenir, dont un reste très présent dans mes souvenirs. C’est le décès de plusieurs personnes (3 si mes souvenirs sont exacts) qui étaient montée sur un laveur de gaz (79 ou 80). Celui-ci s’est remplit d’eau, et la charpente n’étant pas prévue pour un tel poids, le laveur a chuté de plusieurs mètres tuant les personnes présente sur la plateforme supérieure. Un heureux survivant, lors de la montée dans l’ascenseur pour se rendre sur le laveur, un ingénieur a demandé à un ouvrier d’aller chercher quelques choses, et n’était donc pas présent sur le laveur. Un problème de vibration était apparu, et perturbait le déroulement du nettoyage des gaz. En réalité, des déchets (dont un tôle !!!!! qui venait d’où ?) ont obstrué l’évacuation de l’eau, et l’eau à rempli le laveur, ce qui représente plusieurs milliers de litres. D’autres morts ont endeuillé l’entreprise, car pendant mes premières années de travail, plusieurs morts par an étaient à déplorer
    Je souhaite que le nom de ce site ne soit pas dénommé « Carsid », car ce nom n’est apparu que sur la fin de vie de l’usine, mais bien Thy Marcinelle et Monceau (TMM). Ce site a eu pour nom de 1888 à 1962 Thy le Château, et en 1966 apprêt le rachat des aciéries et minière de la Sambre (Monceau), le nom est devenu TMM. Le nom historique est donc soit Thy le Château, soit Thy Marcinelle Monceau. La partie toujours existante de TM, est une partie (petite) de Thy le Château ou TMM.
    Bien à vous

  2. Bien cette page, bonne idée.
    Ma seule et petite contribution à ce sujet c’ est le souvenir des wagons torpille qui sortaient du haut fourneau fraîchement chargée du précieux métal en fusion et qui faisait des étincelles.
    L’ odeur particulière du métal en fusion.
    Lorsque je passais en voiture devant le passage à niveau le plus proche du HF je ne pouvais m’ empêcher d’ ouvrir les fenêtres pour m’ emparer de cette odeur particulière .
    Aujourd’hui, nous n’ avons ni bruit ni odeur, mais nous avons encore la chance de pouvoir contempler cette splendide masse d’ acier.
    Pourvu qu’ on n’ empute pas Charleroi de ce patrimoine .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *